Cliquez sur la photo pour découvrir le bel article rédigé par la RTBF

Dès la création de Liège Demain, membre de notre association, François-Xavier aura été à l’origine de plusieurs de nos projets.

C’est lui, par exemple, qui a fait revenir le petit avion sur la Place Saint-Lambert et à motivé avec succès, en ce sens, la Ville de Liège et le dessinateur François Walthery.

COPYRIGHT SUD PRESSE EMILE DESTINE – le petit avion place saint lambert

Il fut aussi l’instigateur de la Copareye, ce spectacle son&lumières, également sur la Place Saint-Lambert, qui fonctionna automatiquement 5.000 fois de 2012 à 2019, en ayant au départ étudié un fragment retrouvé de l’ancienne grande cloche de l’ancienne cathédrale.

Et lui à nouveau qui imagina la création d’un monument Espadon, symbole du renouveau liégeois, projet toujours en cours actuellement et que continuerons à mener en pensant à lui, comme il l’aurait souhaité.

2 de nos membres ont écrit de jolis textes en sa mémoire, nous vous les présentons ci-dessous.

F-X, François-Xavier, François-Xavier Nève de Mévergnies. L’initiale d’un noble nom. Tout est dit. Chez ce personnage hors du commun, ce « chevalier » en titre comme en caractère, cet amoureux des lettres et de sa cité, rien que de la noblesse, pas seulement celle de classe mais aussi et peut-être surtout, la plus belle à mes yeux, celle de cœur.

François-Xavier possède de nombreux titres. Je me bornerai ici à celui qui fut un des membres fondateurs et actif artisan de l’association liégeoise « Liège Demain ». Il y consacra, sans compter, avec toute l’énergie, l’humour, l’enthousiasme qui le caractérisaient si bien, ses efforts tant qu’il le put.

François-Xavier est un auteur d’ouvrages consacrés à ses passions. Elles étaient vastes et multiples. De la Chine à la BD, de la linguistique à sa cité,… C’est encore un ouvrage qu’il conviendrait de lui consacrer tant il y aurait à dire et écrire à son sujet. Au moment de l’adieu, il est impossible de résumer. Ce serait le réduire à une liste, fut-elle longue, qui serait incomplète et réductrice, qui ne lui correspondrait pas.  On ne saurait réduire une existence aussi riche à un exercice comptable.

Alors que dire, qu’en retenir dans le cadre de Liège Demain ?

Deux projets parmi d’autres me paraissent caractériser notre ami, deux projets « fous » mais absolument cohérents. L’un trouve ses racines dans le lointain passé de la Cité ardente, l’autre dans les trésors, à nouveau du patrimoine, mais récent et s’inscrivant dans l’avenir.

 Le premier, faire à nouveau résonner la « Côpareye », mythique cloche de la cathédrale Saint Lambert. A partir d’un fragment de 6 kg conservé jusqu’à nos jours de cette cloche détruite par les révolutionnaires en 1793, il convainquit l’équipe de Liège Demain de lui redonner vie, ce qui fut fait.

Le deuxième est celui de l’Espadon, cet avion lui aussi mythique inventé par l’auteur formidable de BD, Edgar P. Jacobs et qui apparaît dans la première aventure de la série Blake et Mortimer. C’est un avion des temps futurs, capable de voguer dans les airs comme sous les mers, et dont François-Xavier l’imaginait sortir de l’eau pour se lancer dans les airs à la hauteur du pont haubané du Val Benoît, symbolisant la force et la beauté d’une Cité renaissant à l’infini de ses cendres.

François-Xavier nous quitte aujourd’hui mais pas son esprit, son énergie, sa gentillesse, son infinie et brillante humanité toujours au service de ses semblables.

Angelo.

En ce saint vendredi de la passion de Notre Seigneur, j’apprends avec émotion le décès hier – au terme d’une longue maladie – de François-Xavier Nève. 

Homme de lettres autant que de foi, François-Xavier fut professeur de linguistique à l’Université de Liège. Il vivait ses profondes convictions religieuses sans ostentation, mais aussi sans fausse pudeur. A l’époque où je faisais partie de l’aumônerie de l’enseignement supérieur, il était toujours disposé à venir en témoigner et à participer à des activités pour nous soutenir. Il me confia ainsi qu’un jour des étudiants malicieux avaient changé les lettres du panneau indiquant l’entrée de son « laboratoire de linguistique » en « oratoire de linguistique ». 

Avec l’éméritat, François-Xavier était devenu un fidèle producteur d’émissions sur la radio RCF, mais aussi un auteur de fort bons ouvrages de vulgarisation théologique chrétienne (ce qui est le plus difficile), publiés aux éditions Mols : « Confiance dans l’azur » (dont il me demanda de rédiger la postface) ; « Dictionnaire passionné des racines chrétiennes de l’Europe » et « Chrétiens crétins »? 

Il signa également de beaux livres sur le patrimoine, illustrant son amour du pays de Liège. 

François-Xavier était la personne la moins naturellement snob que je connaisse. Cet académique était doté d’un caractère original, voire même fantaisiste. Ce petit côté professeur Tournesol lui était naturel et confinait à l’esprit d’enfance, dont parle le Christ. 

Il était aussi un chrétien en lequel la vertu spirituelle de « joie » était fort manifeste, et ce en toute circonstance. Non pas la fausse joie bruyante qu’offre le monde avec ses artifices, mais cette joie profonde de celui qui rend grâce pour sa vie telle qu’elle est. Une joie comme un petit ruisseau qui coule…. Ruisseau semblable à l’Oûrlaine, qui chante en bas de sa jolie maison, appelée « Pamplemousse ».  

En ce soir du Jeudi saint, François-Xavier a rejoint ses chers parents dans la Pâque éternelle du Sauveur. A son épouse Yolande et à ses filles, ainsi qu’à ses frères et à sa soeur, je présente mes plus chrétiennes condoléances et l’assurance de ma prière. 

Il va nous manquer, mais veillera sur chacun dans la communion des vivants en Christ.

Nicolas